• Laetitia Scocco

Conflits relationnels: Fixez-vous des limites!


Fixez les limites

"Au cours de toute votre existence, personne ne vous a jamais davantage maltraité que vous-même. Et les limites que vous mettez à vos propres mauvais traitements envers vous-même sont exactement celles que vous tolèrerez de la part d'autrui. Si quelqu'un vous maltraite un peu plus que vous-même, sans doute le fuirez-vous. Mais s'il le fait un peu moins que vous-mêmes, vous continuerez probablement cette relation et tolérerez cette situation indéfiniment." Les 4 accord Toltèques.


Mon but ici est de faire réfléchir, pas de blesser. Je suis étonnée que les fanas des 4 Accords Toltèques ne le relient pas davantage à leur quotidien. Encore une fois, la connaissance et la conscience sont deux choses distinctes. Nous savons tout cela, mais alors pour l'appliquer... Nous avons une pléthore de spécialistes du bonheur au travail qui traitent de relations humaines harmonieuses à qui mieux mieux en entreprise. Mais apprennent-ils à leur collègue à fixer leur limite?


C'est en effet une phase anticipative essentielle qui permet de se prémunir naturellement de personnes toxiques. Encore une fois, travailler en amont sur ce que l'on dégage inconsciemment, ce que l'on communique avec sa gestuelle non verbale, permet de nous créer une bulle de protection. C'est valable au travail mais aussi dans la rue. Nous savons par statistique (lire Neurocombat II de Christophe Jacquemart) qu'une minorité d'individus subissent la majorité des agressions. Pourquoi parler de hasard alors qu'il n'y en pas? Est-ce tabou d'affirmer que tous les individus ne s'arment pas de la même manière face à des personnalités toxiques? Nous ne sommes pas ici dans la recherche du coupable ou qui a mal fait mais dans l'étude comportementale. Savoir que c'est de "la faute au toxique" n'explique pas pourquoi les personnes toxiques choisissent certaines personnes et pas d'autres.


En 15 ans d'armée, je n'ai jamais eu le moindre soucis de harcèlement sexuel. Pourtant les clichés sur les armées montrent qu'il y a un terreau là, non? Mercredi, j'étais chez une amie et nous regardions les infos en papotant. Là, ils évoquent le harcèlement sexuel au travail, oui c'est à la mode, depuis que l'on sait officiellement que les producteurs sont des gros cochons. J'avais la théière à la main et je dis d'un air placide et limite candide "mais jamais j'ai eu ce genre de problème! " Mon amie a explosé de rire en disant, "mais ça se voit à 3000 m que tu vas riposter s'ils bougent le petit doigt!! Ils n’oseraient même pas!!" Effectivement, ma tolérance était très basse dans ce domaine là.


Et je sais qu'une ferme détermination suffit à la fixer. Sachant qu'il y a forte possibilité de bizutage dès qu'il y a groupe d'individus rassemblés, en rentrant à l'armée (j'avais 20 ans, 1, 54m, 50 kg.. comment dire?...), je m'étais promis de riposter de quelque manière que ce soit au premier qui essaierait quoi que ce soit. Je n'ai évidement pas eu d'ennui.


Mon non-verbal émanait un message à chaque fois clair sur ces points. Je communiquais la fermeté, la confiance en soi et une exigence vis-à-vis du savoir vivre à mon égard. Ma détermination transpirait dans mes gestes, mon attitude et mon regard. Certains "puent la réussite" dit-on mais il est inconvenant de dire que d'autres "puent l'échec ou la victimisation". Alors que c'est un état éphémère qui se travaille et que l'on peut changer.


C’est en effet en travaillant ses valeurs et les critères précis attendus sur ces valeurs que vous pouvez communiquer, à votre entourage dans votre environnement proche, ce que vous attendez d’eux. Un prochain article donnera des clés pour faire le point sur ses valeurs. Sachez déjà que vous ne pouvez exiger des autres de savoir ce que vous ne savez même pas vouloir pour vous.


Et si vous trouvez que mes propos sont plus "violents" à lire que de se protéger contre les risques encourus, ou plus acceptable l'état de victimisation, c'est qu'il va vous falloir travailler sur vos limites. Travailler sur le fait qu'il vous est plus acceptable d’être victime que prédateur, ou que vos amis, vos enfants, vos familles soient victimes "et qu'on ne peut rien y faire" alors que c'est FAUX. Pourquoi plutôt accepter cela alors que le premier pas est de le refuser? Et de l'éduquer aux enfants, notamment aux fillettes. Mouton ou loup, j'ai choisi le loup suisse. Je n'attaque pas, mais je me préserve. En aucun cas choisir la position inconfortable du mouton.

Votre coach, Laetitia

Contact

Votre coach certifiée Laetitia Scocco

Tel: 07 68 14 43 33

arcthesisolutions@gmail.com

SIRET 823 549 092 000 18

Ses interventions de coaching se déroulent sur Paris et Versailles dans des lieux calmes et discrets. Un cabinet est mis à votre disposition uniquement sur Paris pour les séances de PNL et d'hypnothérapie.